Oran, une Ville, une Vie

Oran, une Ville, une Vie

La Bilocha

A partir de mai avec un sommet pour Pâques, nous sortions nos bilochas, la mienne était rouge avec mes initiales en argent, un grand R et un petit V entourés de coeurs bleus avec  au centre de chaque coeur bleu un coeur en argent, les premiers essais avaient été faits à la terrasse de la maison de mon grand-père maternel au 9 rue de l'Arsenal pour éviter les fils des poteaux électriques où quelquefois les bilochas aimaient s'accrocher juste pour nous embêter. La rue de l'Arsenal et notre bonne vieille Calère rivalisaient dans la construction de nos bilochas faites de roseaux et de papiers de couleur, il fallait la faire voler le plus haut  possible dans le ciel et, l'on accrochait au fil des papiers de couleur métallisés ( quelquefois les simples papiers internes des paquets de cigarettes de chez Bastos) qui la rejoignaient tout là-haut dans l'azur du ciel oranien pour dire bonjour à Notre Dame de Santa-Cruz.        Sur la photo mon frère jacques avec ma bilocha que mon grand frère  Antoine m'avait fabriquée, il est devant la voiture de M. GARCIA son parrain, un grand ami de mon père, qui travaillait aussi aux Colis Postaux sur le port. sur la photo suivante moi qui surveillait ma bilocha au cas où elle aurait voulu me dire au-revoir. Nous étions ce jour là sur le sommet de Santa-Cruz.

Voir photos Oran au delà de la Marine page 9/9



11/06/2007
3 Poster un commentaire
Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 323 autres membres