Oran, une Ville, une Vie

Oran, une Ville, une Vie

Ou es-tu mon aml

Quand la muse titille mes souvenirs, sur une feuille  s'étalent des arabesques qui noircissent la blancheur avec des lignes courbes, droites ou ronde pour faire éclore une pensée.  

Ou es-tu mon ami

Toi qui es parti d'ici

Toi l'Andalou, toi le Mahonais

Toi qui était Oranais

 

Je cherche mon enfance

Au pays de l'insouciance

Eclairé d'un soleil d'azur

Qui éclairait nos coeurs, nos murs

 

Ou es-tu mon ami

Toi qui es parti d'ici

Toi l'enfant de Procida

Qui appris à faire la Mouna

 

Je te cherche aussi

Parmis mes souvenirs meurtris

Au coeur du soleil d'été

Qui sonna le départ du pays de l'Amitié

 

Ou es-tu mon ami

Toi qui es parti d'ici

Toi le régional de France

Qui vins sur la terre d'espérance

 

Je cherche les souvenirs

je les entend venir

Du fond d'une âme de pâtre

Pour ne pas oublier nos Ancêtres

 

Bonjour mon ami

Toi qui vins par ici

Toi l'enfant plein d'espoir

Pour faire vivre ensemble notre histoire.



19/10/2007
38 Poster un commentaire
Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 319 autres membres